top of page
  • Photo du rédacteurCécile Poignavent

Former les porteurs de projets alimentaires


Un groupe de stagiaires actif dans un atelier participatif

Aux mois de juin et juillet 2023, j'ai animé une formation pour le CNFPT (l'organisme de formation de la Fonction Publique Territoriale) à destination des porteurs de projets alimentaires en Nouvelle-Aquitaine : 2 jours en présentiel à Bordeaux et 2 x 2h à distance en demi-groupe.

L'intitulé de la formation est le suivant : "L'animation d'un Projet Alimentaire de Territoire". L'un des objectifs de cette formation est de former les porteurs de projets alimentaires à des outils complémentaires d'opérationnalité. Plusieurs sujets ont été abordés : les enjeux du système alimentaire, l'étape de diagnostic avant le projet, le passage du diagnostic au plan d'action, la définition d'une gouvernance, le travail avec le politique, les outils pour animer le collectif...

Ces journées ont été l'occasion, pour les 15 porteurs de projets de toute la Nouvelle-Aquitaine, dont 2 salariées de Pays et Quartiers de Nouvelle-Aquitaine, de repartir avec une boîte à outils et également de créer de la rencontre entre pairs, d'échanger sur les pratiques et problématiques, et donc de développer de la solidarité et du soutien sur du temps long.


La formation s'est déroulée volontairement en 2 temps distincts, pour faciliter l'intégration des notions, la coopération et le passage à l'action :

  • En présentiel : un temps de rencontres, d'échanges et de contenu

  • En intersession et à distance : une mise en pratique à travers un exercice concret de préparation d'évènement, en équipe de 2 porteurs de projets de collectivités différentes, avec un temps d'échange de pratiques, d'amélioration de la proposition initiale, de complémentarité, de réflexion, de recherche d'exhaustivité et d'innovation.

Des stagiaires écoutent une présentation de projet alimentaire territorial zn Nouvelle-Aquitaine

Cette formation était proposée pour la première fois en Nouvelle-Aquitaine. Le premier constat qui peut être tiré de cette expérience est l'hétérogénéité du groupe, avec des attentes différentes selon le niveau d'avancement dans le projet et l'ancienneté de chaque personne dans la collectivité. Il s'agit d'un constat récurrent sur le territoire au sujet des démarches alimentaires. En effet, tous les porteurs de projets n'en sont pas aux mêmes stades d'avancée de leurs projets et n'ont donc pas les mêmes besoins de formation ou d'échanges. Cela nécessite une certaine agilité dans les propositions de formation ou d'accompagnement pour répondre au mieux aux besoins de terrain et peut générer des frustrations pour les stagiaires. Dans une perspective de reconduite de cette proposition, des adaptations seront nécessaires afin de s'ajuster à la diversité des publics.

L'autre bilan qui peut être tiré est le besoin d'échanges de pratiques réguliers, d'être dans du co-développement pour apprendre les uns des autres et améliorer ses pratiques. La présence des 2 salariées de PQN-A chargées des démarches alimentaires a été précieuse car elles ont un apporté un éclairage extérieur et une vision globale des projets de Nouvelle-Aquitaine Elles ont conforté leur place d'animatrices de réseau tout en étant en lien direct avec les préoccupations de terrain des porteurs de projet. Enfin, la Chargée de Mission Alimentation de la DRAAF est intervenue 2h le premier jour, ce qui a permis d'expliciter clairement ses missions et son rôle, et répondre en face à face aux questions de porteurs de projets.






100 vues0 commentaire

Komentarze


bottom of page