top of page
  • Photo du rédacteurCécile Poignavent

Des propositions d'aliments sains et durables

Dernière mise à jour : 11 juil. 2023


Atteindre son objectif

Un conseil scientifique indépendant, porté par la SAPEA (Sciende Advise for Policy by European Academies), a recommandé à l'Union Européenne, dans son rapport du 28 juin dernier, d'actionner des leviers plus forts pour accompagner les consommateurs vers des régimes alimentaires sains et durables. Le constat est aujourd'hui sans appel, il est nécessaire de changer notre façon de nous nourrir pour répondre à des objectifs de meilleure santé et de développement durable. Dans les faits, les solutions pour un régime plus sain et plus durable sont connues : plus de végétaux, de céréales complètes, de légumineuses, moins de viande rouge, de charcuterie, de sel et de sucre ajouté, d'aliments riches en matière grasse, et des produits de la mer gérés durablement.

Et à la fois, cela est complexe au quotidien, car il est démontré que les consommateurs choisissent leur nourriture à partir de multiple facteurs comme la disponibilité de la nourriture, les habitudes et routines, les réactions émotionnelles et impulsives, ou leur situation financière et sociale. Ces facteurs déterminent les comportements et détournent des propositions saines et durables.

Sur le sujet, l'action de l'Union Européenne s'est centrée jusque-là sur l'information des consommateurs pour les sensibiliser à faire évoluer leurs comportements. Mais, pour ce conseil scientifique, cela reste insuffisant, car tout ne peut reposer sur la responsabilité individuelle.

Un texte de loi et un marteau de la justice

Aussi, dans son rapport, la SAPEA conseille au décideur politique d'agir à d'autres niveaux, pour que le consommateur ait des propositions d'aliments sains et durables à disposition et accessibles financièrement. Il recommande ainsi à l'Union Européenne de combiner les incitations, informations, politiques contraignantes pour agir sur tous les aspects de la production et de la distribution alimentaire, et proposer un autre environnement alimentaire aux consommateurs grâce à plusieurs outils législatifs :

  • la tarification : taxes sur le sucre, la viande, taxes sur les produits ayant un impact environnemental et sanitaire négatif ;

  • la disponibilité et la visibilité : la limitation des publicités vers des produits non sains et non durables ;

  • la composition : la réduction des graisses malsaines, du sucre et du sel ;

  • l'étiquetage : avoir des normes claires et cohérentes sur l'impact des aliments sur la santé ;

  • l'environnement social : être attentif aux messages transmis par les technologies numériques qui offrent des risques importants de stimulation vers des aliments négatifs et non durables.

L'impact attendu de ces mesures est que ces outils aident à l'évolution des comportements des consommateurs, grâce à un accès facilité à des aliments sains, durables et abordables financièrement. Pour en savoir plus, suivez le lien vers le rapport complet de la SAPEA :


5 vues0 commentaire

Opmerkingen


bottom of page